12 mai 2007

L'Alphagraph

A Rennes hier, je visite enfin la librairie L'Alphagraph, qui avait la charmante idée d'être close chaque fois que je passais rue d'Echange.

Pendant que Jérôme le propriétaire discute sur le palier, j'inspecte plusieurs fois les étagères peu nombreuses mais archi-remplies, dénichant des tas de merveilles derrière des piles de fanzines.

Suis donc repartie avec l'Art selon madame golgruber de malher, Antti Brysselissä de Max de Rodriguès, L'Oisiveraie de David Prudhomme et Quand j'étais petite d'Alice Dourlen.

Un peu d'extrémisme de ma part aujourd'hui : j'interdis tout lecteur de ce blogue d'acheter ses Bds en Fnac, Virgin ou internet. Pour que vive encore longtemps L'Alphagraph ou ses semblables.