18 juin 2007

Plaques de goût


Avant-première pour le 24 h.
Vous marchez dessus chaque jour sans les regarder. Elles sont toujours rondes, plus ou moins grandes et ouvrent sur de fous univers sous terrains : ce sont les plaques d’égout. À présent, vous remarquerez celle du Mile End, à coup sûr. Car depuis cette semaine, elles ont pris des couleurs. Non pas celles du soleil, mais celles du peintre Franck Bragigand : ce sont les Plaques de goût. Un projet diffusé par le centre d’art multidisciplinaire DARE-DARE.

Lundi midi. Trois gars d’Ubisoft dîne en plein Mile End. Au pied de leur terrasse, deux ronds de couleur paradent et attirent l’oeil : le grand violet veille sur le petit rose. « C’est vous qui les avez peinturées les bouches d’égouts? lance un des gars, voyant un photographe leur tourner autour. Depuis une semaine, tout le monde se demande ce que c’est. » Jean-Pierre Caissie, coordonnateur artistique de Dare-Dare, venait tirer le portrait de ses nouvelles protégées : « C’est Franck Bragigand, un artiste des Pays-Bas ». Il tend un carton aux gars, définitivement séduits par cette forme d’art public, et continue les explications : « Il va peindre des plaques entre Van Horne et Fairmount, Saint-Laurent et Du Parc. On a mis quatre mois à obtenir les autorisations. La peinture est permanente, elle est là pour durer. »

Les bouches, « ce sont les portes de l’enfer! », plaisante Franck Bragigant, à l’ombre des bureaux de Dare-Dare – un mobil-home installé dans le parc sans nom, au coin de Van Horne et Saint-Laurent. « Il y a des gens qui les ouvrent, qui travaillent là-dessous. Alors c’est une manière de faire parler d’eux ». Français d’origine, hollandais d’adoption depuis 10 ans, Franck Bragigant s’adonne à ce qu’il appelle « la restauration du quotidien ». Pas question pour lui de créer de nouvelles patentes, « il y en a déjà bien assez ». Alors, il repeint des meubles, des frigos. À Amsterdam, il a mis des couleurs sur les façades de toute une rue. À Osaka, sur le wagon d’un vieux tramway. « Si on s’occupait un peu plus de nos objets, peut-être qu’on s’occuperait mieux des humains aussi », croit-il.

Ces jolies Plaques de goût, on a envie de les adopter, d’élire sa préférée. Celle-ci la rouge, un peu sanguinolente. Ou bien la verte pâlichonne, avec sa couronne jaune. On a envie de s’asseoir sur le banc voisin, pour venir lire ou méditer, à côté de la plaque.

Le centre Dare-Dare organise une fête de quartier le dimanche 24 juin de 18 h à 23 h, pendant laquelle on pourra rencontrer Franck Bragigant, l’artiste-peintre des Plaques de goût.