13 août 2007

Chanson du deuxième étage

Aujourd’hui, j’ai oublié de manger. Une colonie de grenouilles s’est installée dans mon ventre, et quelques lucioles ont tournoyé dans mes yeux hagards, sans que je ne me demande même pourquoi. Une froide pluie de vendredi d’été a violement frappé les vitres, comme si je l’avais spécialement commandée pour ce jour bleu. Allo pluie déprimante, livrée en moins de 30 minutes. Il y a des petits lutins dans les nuages qui se mettent à les traire juste pour vous.

Pour étouffer mes rires nerveux, plusieurs fois j’ai passé la face au travers de la fenêtre, tendu mes bras vers l’eau qui ruisselait dans mes aisselles. Si tes grandes mains avaient encore habité la maison, elles auraient pensé sans doute, à m’écraser entre le mur et la vitre. À laisser sur mon corps une marque rouge puis violette, pour tatouer la preuve fragile de ta sale existence. Si un instant je n’avais laissé que ma gorge dans l’espace d’un possible étranglement, tu aurais hésité deux fois et peut-être raté mon cou.

Aujourd’hui j’ai oublié de manger. J’ai aussi laissé le scritch scritch de la platine tourner sans fin. Accroupie sur ma chaise de bureau, j’ai pleuré un peu, j’ai ri beaucoup et je suis devenue raisonnablement coupable.

Je n’ai pas pris ma pilule. Je l’ai donnée au chien.