27 janvier 2008

À propos du terme de "Nouvelle BD"


À propos du terme "Nouvelle BD" que j'utilise pour qualifier la BD que j'aime, et que l'on me remet toujours en question, j'ai trouvé cette explication de Nyslo (Jean-Michel Masson), auteur de Jérôme d'alphagraph.

"Donc, on fait toujours de la bande dessinée qu’on appelle «nouvelle bande dessinée» parce qu’on s’est tous, pour la plupart dans la nouvelle génération, auto-édités, ou alors on est édités dans des toutes petites structures très inspirées des labels indépendants de rock avec, pour ma part - et beaucoup de mes contemporains aussi - l’idée de coller à la musique,et aussi au quotidien, à ce qui s’est fait dans le cinéma indépendant depuis trente ou quarante ans, et l’impression de participer à une aventure, une chose qui porte un peu plus que de faire un album tous les ans, de le publier et de le vendre. Donc, c’est de la nouvelle bande dessinée, ce qui ne veut pas dire grand chose sauf qu’on utilise ce terme-là pour essayer d’intéresser les gens à ce qui est difficile à trouver, en noir et blanc, au format roman, etc. "


L'intégrale d'un interview très très intéressant ici.

Allez, j'en mets encore un peu, c'est trop bon :

"Henri Landré : On essaie sans cesse de trouver des différenciations entre bandes
dessinées dites grand public ou populaires et bandes dessinées d’auteur ou bandes dessinées de création. Est-ce que tu es d’accord pour faire ce genre de distinguo ?
Nylso : Je suis tout à fait d’accord à condition que l’on fasse aussi cela à rebours, c’est-à-dire qu’on parle de bande dessinée de création mais qu’on intègre les génies de la bande
dessinée - Hergé,Franquin,Tardi - à la bande dessinée de création. Si c’est pour dire que tout ce qui est publié par les grosses maisons d’édition n’est pas intéressant et pas artistique, je n’ai pas envie de participer à ce genre de définition. Le discours qui est intéressant et que l’on est obligé de tenir en ce moment, c’est de dire aux gens de s’intéresser à une bande dessinée qui est en train de se faire, qui a un rapport avec la politique,avec la sociologie, avec la vie de tous les jours, et qui doit être lue en même temps qu’on vit les choses. Lisez des fanzines, des petites publications, soyez curieux. Avant, la photocopie n’était pas de bonne qualité ou n’existait pas, donc on ne pouvait pas se permettre de faire un petit fanzine entre copains (ou en professionnel) mais en tout cas en petite quantité et en petite diffusion. C’est comparable à l’invention de la caméra portable ou de la vidéo."