25 mai 2008

Melt (Noémie Lafrance)


Si l'on s'entend pour dire que se payer une place pour Transamériques, surtout quand on a plus de 25 ans, c'est cher, on doit cependant les remercier d'offrir deux performances gratuites, et pas des moins intéressantes.

Dans un trou inconnu de la Place des arts, je suis descendue hier soir à 22 h 30. Cinq danseuses nymphes comme sortie d'un cocon étaient affichées là, sur le mur, à l'abri des buissons. Cinq danseuses envoutantes pour 15 minutes chrono d'hypnose.

Cela passe vite, et pas tant que cela : la cire qui leur colle à la peau fond (très) doucement sous la chaleur des projecteurs. On se croirait en plein désert (bande sonore sifflante à l'appui), à observer des insectes venus mourir sur nos lampes torches. Elles se débattent et s'accrochent, on les recueillerait bien dans nos paumes, si ce n'était ce placenta qui leur morve des jambes.

Passé le quart d'heure, on quitte le trou par une porte dérobée, rejoindre l'univers sous-terrain, citadin, et laisser les danseuses de Noémie Lafrance agonir (ou naître au monde ?) en paix.

Melt, Noémie Lafrance. Esplanade de la Place des arts.
25 mai : 17h 30, 18h, 18h 30
26, 27, 28 mai : 12h, 12h 20, 12h 45