25 janvier 2012

Soleil Noir - Julia Kristeva

"Aux frontières de l'animalité et de la symbolicité,
les humeurs - et la tristesse en particulier -
sont les réactions ultimes à nos traumatismes,
nos recours homéostatiques de base.
Car s'il est vrai qu'une personne esclave de ses humeurs,
un être noyé dans sa tristesse,
révèlent certaines fragilités psychiques ou idéatoires,
il est tout aussi vrai qu'une diversification de ses humeurs,
une tristesse en palette, un raffinement dans le chagrin ou le deuil,
sont la marque d'une humanité certes non pas triomphante,
mais subtile, combative et créatrice..."