7 février 2012

Georges Perec - Un homme qui dort

 "Tu as tout à apprendre, tout ce qui ne s'apprend pas :
la solitude, l'indifférence, la patience, le silence. " (p.54)

"Quelque chose se cassait, quelque chose s'est cassé.
Tu ne te sens plus - comment dire? - soutenu : quelque chose qui, te semblait-il,
t'a jusqu'alors réconforté, t'as tenu chaud au coeur, le sentiment de ton existence,
de ton importance presque, l'impression d'adhérer, de baigner dans le monde,
se met à te faire défaut." (p. 22)

"Nulle malédiction ne pèse sur tes épaules.
Tu es un monstre, peut-être, mais pas un monstre des Enfers." (p. 142)

"Tu lis à voix haute, tout le jour, en suivant du doigt les lignes du texte,
comme les enfants, comme les vieillards, jusqu'à ce que les mots perdent leur sens,
que la phrase la plus simple devienne bancale, chaotique." (p. 46)


(Je m'arrête ici mais pense que je pourrais citer le livre entier.)