23 janvier 2013

Je suis un raton laveur

C'est aujourd'hui que sort en librairie au Québec Je suis un raton laveur.
Il sera lancé le mercredi 13 février au Port de tête à 17h.
Vous avez jusqu'au 9 février pour m'envoyer des ratons pour le concours.




J'en profite pour remercier plein de monde:
- Nadine Robert et Mathieu Lavoie qui ont fait un superbe travail d'édition.
- Le Center for Cartoon Studies, qui m'a fait vivre pendant un an,  
et surtout les étudiants qui sont en ce moment en deuxième année. 
- Mikaël,  Marie-Marcelle, Hélène, 
Eirene, Jonah & Timoty, 
Isabelle, Annick, Todd
pour les lectures, les photos, les idées et les encouragements.
- David, Pascal et Jimmy pour les conseils de contrats lors d'un trajet Toronto-Montréal. 



 Si vous voulez en savoir plus sur le livre, j'avais écris ce texte de présentation :
Tous les enfants pleurent. C’est ce qu’il y a de plus normal : il faut laisser couler leurs larmes. 
Mais il y aussi des enfants qui portent une tristesse plus grande qu’eux (et on ne sait pas toujours d’où elle vient). 
Une tristesse que parfois les parents, même quand ils sont de très bons parents, ne savent pas consoler.
Dans les mythologies amérindiennes, le raton laveur est un protecteur généreux, 

l’animal totem qui aide les autres sans les rendre dépendants.
Dans mon histoire, le raton qui lave la tristesse de la petite fille est peut-être bien réel, 

comme un ami ou une tante bienveillante… Mais il est aussi cet animal imaginaire qui, 
depuis toujours, éponge les angoisses des enfants. 
J’ai le petit espoir de permettre aux enfants de trouver, quand ils sont tristes,
un chemin vers le raton laveur qui se cache quelque part dans leur tête. 

De leur dire que lorsque personne ne peut les consoler, ils sont assez forts pour le faire eux-mêmes. 
Mais j’aimerais aussi dire à tous, surtout aux plus grands, qu’ils peuvent être ce raton laveur
dont quelqu’un a besoin.
 











C'est aussi aujourd'hui que je deviens officiellement canadienne.
Je m'en vais prêter serment, là.